Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 15:59

Un film de Snyder, bon ou pas, est toujours un évènement parce qu'il s'accompagne toujours d'un véhément débat autour de sa qualité certes, mais surtout de l'idéologie qu'il porte. Car c'est vrai qu'on aime ou pas Snyder il faut reconnaitre la richesse, le bazar diront les sceptiques, de son cinéma d'idées. En ce sens, ce film constitue une sorte d'archétype de l'œuvre de Snyder pour son foisonnement d'inspirations diverses qui constituent une sorte de toile de fond aussi barrée qu'élégante, aussi choquante qu'indiscutable. En effet, comment ne pas être en admiration devant la scène d'intro, envoutante et mystique en diable, accompagné par une version voluptueuse de Sweet Dreams ? Et tant qu'on est sur la B.O. ne tarissons pas d'éloge, cet ensemble de reprise est un pur ravissement auditif. Aussi la précision de l'image, dans sa forme, ça on savait mais aussi dans sa force évocatrice est une qualité indéniable du film, cela même pour servir un film aussi absolu, wagnérien même dans cette dualité entre un néant tout proche et un absolu que les héroïnes tentent d'obtenir. Absolu, c'est un peu une caractéristique de Snyder, tant et si bien qu'on l'a qualifié de nazi après 300... mais alors si on y regarde de plus près on peut regretter beaucoup de chose de ce Sucker Punch. En effet, le film même s'il s'en donne les airs, n'assouvit jamais son potentiel dévastateur, ne s'assume pas comme absolu, et ce qui normalement devrait être un défouloir sans pitié, les scènes de transe pendant les danses de Babydoll, se révèlent les plus ennuyeuses, les plus stéréotypées. Il n'y a pas plus radoteur que ce type de mini-scénario dans le scénario à la manière d'un jeu vidéo, tout comme l'amorce de chacune des missions, le briefing à la manière de Charlie et ses drôles de dames ou Totally Spies on s'en serait bien passé... Car si l'égarement au sens de schizophrénie cinématographique est une manière intéressante d'exploiter son scénario, ou même une façon de l'écrire différemment, on l'a vu dans de nombreux films récents, il n'y a rien de plus bancal que cet enchainement très laid de scènes aux références variées mais dont le rapport avec le film ne démontre jamais sa faculté à se porter garant, comme il prétend le faire, d'un art mixed up volontairement insolent par ses imageries caricaturales, mais plutôt à prouver une incompétence, puisque la parade visuelle est des plus vaines. En constituant le nœud et le principal du film ( au niveau de la durée ), ces scènes se doivent d'en représenter au mieux l'idée générale, la substantifique moelle comme dirait l'autre, or ça n'est jamais le cas, elles sont en totale contradiction avec l'aspect cérébral et esthétique de l'amorce, et finissent d'ailleurs par l'effacer pour ne la retrouver que tardivement et de façon moins convaincante. C'est un goût amer qu'on a après le film, pas envie d'en dire du mal, mais foutrement déçu, ce qui aurait pu être la consécration de Snyder comme grand réalisateur est trop inégal pour être apprécié. Difficile d'expliquer pour quelles raisons il abandonne son film psychotique au profit d'un simple défouloir, certes original mais dont l'enrobage grandiloquent de son exhibition incontrôlée, plutôt que d'en mettre plein la vue finit par devenir incapable de divertir. Peut être est-ce par peur, par manque d'ambition, par réticence de la production qu'il ne s'engouffre pas dans une psychose filmée, promise mais avortée. Ou simplement peut être n'était ce pas son objectif, or si ça ne l'est pas pourquoi alors le prétendre lors d'un final qui exige de son spectateur d'interpréter rétrospectivement le moindre détail d'un film qui s'est principalement consacré à mettre en image un onirisme n'ayant d'autre fonction que celle d'un remplissage visuel ?


Partager cet article

Repost 0
Published by BenLCDC - dans Critique
commenter cet article

commentaires

copa738 04/05/2011 18:06

Salut (j'arrive un peu en retard) !
J'ai lu attentivement le lien des "Toiles héroiques" et c'est vrai que l'analyse est brillante et ça m'a (comme toi) bien troublé. J'avais beau retourner le problème dans tous les sens, je n'arrivais pas à comprendre comment j'avais pu passer à côté de tous les élements mis en place par Snyder. Et, du coup, j'avais dû me rendre à l'évidence : Snyder a laissé croire au monde entier qu'il avait fait le film le plus plat du monde, alors que c'est au fond l'un des plus complexes. Néanmoins, les dialogues pourris, la banalité des scènes d'action et le fait que l'intrigue soit trop 'inaccessible' ne changent rien à mon avis global, ni à ma note (1/10). Cependant, je dois reconnaitre que Snyder a été plus intelligent que nous.

MAIS : il est une nouvelle fois resté dans son monde. S'il n'y avait pas eu certaines personnes assez censées et méticuleuses pour nous trouver la "double-trame" de "Sucker Punch", Snyder aurait emporté son grand secret au paradis. Il l'a encore joué solo ! Et je pense sérieusement qua la moitié des films qui sortent au cinéma regorgent de nombreuses facettes psychologiques qu'on ne soupçonne même pas et qu'ils sont seuls à comprendre. Des films comme "Inception" ou "Shining" guident le public pour l'induire en erreur, et donc à réfléchir et à ne rien comprendre. Snyder n'aide pas le spectateur, partant du principe que c'est son idée et qui la garde pour lui, et qu'un infime partie d ela population sera apte à comprendre son film. De plus, quand un film est d'une si mauvaise qualité, il est difficile d'imaginer qu'une vraie réfléxion psychologique y est dedans.

Alors oui je me suis complètement trompé au sujet de ce film, mais Zack Snyder ne fait strictement rien pour que son public comprenne et soupçonne l'idée d'un Twist (à moins d'avoir un oeil de lynx et l'oreille fine). Mais ça change l'idée que je m'étais fait de Snyder (j'attends de savoir ce que cache vraiment "300" derrière ses dialogues sauvages et sa barbarie).

Bob Morane 25/04/2011 10:32

J'ai adoré ! Et le scénario est au contraire très étoffé et pertinant. Les filles n'en font qu'une, elle même, et c'est celle qui part au paradis à la fin. Il faut faire attention à tous les détails qui foisonnent dans le film. Visuellement très beau, psychologiquement très dur.

Jérémy 18/04/2011 13:35

Assez d'accord.
Il y a dans 'Sucker Punch' un savoir faire indéniable en matière de spectacle, mais aussi une détresse alarmante en matière de scénario et de fond... Ca se consomme agréablement, mais de façon paresseuse.

Squizzz 12/04/2011 00:27

Totalement d'accord avec toi. Le début m'a laissé croire que j'allais assister au chef d'œuvre de Snyder. J'ai vite déchanté... Le film est complétement bancal entre un début très grave et dur, puis des scènes d'action qui n'ont pour autre but que de s'éclater (ce qui n'a pas été mon cas). Je trouve que Snyder est un très grand faiseur d'images, visuellement c'est toujours époustouflant, mais j'ai l'impression qu'il ne fait que des films pour le visuel, ce qui fait qu'aucun de ses films ne m'a vraiment convaincu (sauf "Le Royaume de Ga'Hoole", mais qui est à part).
P.S. : J'ai beaucoup aimé ton rapprochement avec les "Totally Spies", carrément juste !

Ben 05/04/2011 23:00

Si mais c'est tout de même à voir parce qu'il y a bien une réflexion, je trouve seulement que c'est dommage qu'elle ne prenne que si peu de place, je pense que tu pourrais aimer. Tu vois je le descend mais incapable d'y mettre 1 étoile, puis 300 je le vénère, et j'attends d'avoir finir le comic pour voir Wtachmen, car apparemment c'est le truc à faire pour aimer le film.

Zic-mu


 

 

 
 

 

Recherche