Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 15:53

L_Ordre-et-la-Morale-Photo-Promo-01.jpg

Exaspérant. Dommage car l'ouverture était plutôt alléchante, fut-elle deux minutes perdues au milieu de 2h16 d'un film interminable (ou minable tout court d'ailleurs). L'ordre et la morale c 'est une sorte de non-cinéma d'autant plus détestable lorsqu'il ne se refuse aucune supercherie pour embarquer avec lui le spectateur en tentant vainement de cacher ses énormes failles derrière le principe bête et lâche du devoir de mémoire. La volonté explicative de Kassovitz se transforme en un dur labeur de démonstration factuelle agaçante car agencée comme mauvais épisode de 24H chrono (sauf que là ça dure 10 jours).

Lorsque le réalisateur, lors de la conférence, indique ne pas s'être inspiré du grand cinéma américain sur la Guerre du Vietnam (Coppola, Kubrick, Cimino, Stone etc.), on hésite entre rire d'une évidente mauvaise foi, et pleurer de les avoir vu sous nos yeux si pathétiquement martyrisées (scène de l’assaut ignoble, confusion entre un cinéma réaliste, et une caméra à l'épaule abjecte)

Montage résumé à d'hideuses coupures intransitives (et quand un plan dure 5 secondes maximum, ça finit par se voir), bande d'originale assommante ("gong" censés représenter l'avancée d'un tank)... A croire qu'après dix ans de négociations avec les kanaks, Mathieu Kassovitz ne pouvait pas s'en octroyer un de plus pour réaliser un film correct. Car si on ne remettra pas en cause l'honnêteté du réalisateur, on regrettera que toute son énergie ne fût déployée qu'autour du film et non plus dans le film, pour le film. Alors que dans La Haine il parvenait à combiner une richesse visuelle confondante avec une certaine idée du cinéma engagé, il arrive ici, en négligeant totalement la forme à gâcher tout intérêt citoyen que pouvait porter un tel sujet. L’ordre et la morale est peut-être édifiant, mais n’a rien d’un film de cinéma car à la conception d’un art visuel parlant d'abord par l'image, Kassovitz préfère l'ennuyeuse voie factuelle, discursive et scolaire.

1étoile

Partager cet article

Repost 0
Published by Ben - dans Critique
commenter cet article

commentaires

Platinoch 02/12/2011 15:58

@Ben: Pour notre bon plaisir, faut peut-être pas en faire trop non plus. La Nouvelle-Calédonie est un territoire d'outre-mer soumis aux mêmes lois et aux mêmes droits que la métropole. Ce n'est pas
une colonie, à la différence de ce que pouvaient être nos colonies africaines, maghrébines ou asiatiques, où les locaux étaient clairement exploités. Les néo-calédoniens ont le droit de vote, les
mêmes lois sociales et accès aux mêmes prestations sociales qu'ici. Ce ne sont pas des esclaves inféodés au bon vouloir de quelques colons. En outre, il n'a jamais été prouvé que le FLNKS était
représentatif de la majorité du peuple néo-calédonien. Pas plus que l'ETA ne représente les Basques. L'attaque meurtrière de la gendarmerie de Fayaoué était en cela illégitime et aussi scandaleuse
que l'assassinat d'un préfet en Corse. Kassowitz peut réécrire l'Histoire dans le sens qu'il veut, rien ne justifiera jamais cela. Jusqu'au bout les preneurs d'otages ont eu le choix de se rendre,
ils ont pris leurs responsabilités. Tant pis pour eux. Kassowitz se moque juste un peu du monde ici...

Ben 02/12/2011 19:12



C'est le cas aujourdhui, et encore heureux qu'ils aient les même droits, pas dit que dans les années 60 ce peuple ait été mieux traîté que les algériens.



Platinoch 02/12/2011 11:44

Quitte à mettre les pieds dans le plat une bonne fois pour toute, ce n'est pas tant la forme du film qui m'a dérangé mais le fond. Tu ne remets pas en cause l'honneteté de Kassowitz, pour moi il
fait au contraire preuve d'une rare malhonneteté intellectuelle lorsqu'il fait des Kanaks de pauvres victimes de ce drame qu'ils ont quand même provoqué tout seuls. Les négociations durent dix
jours, ils refusent de se rendre et de libérer les otages, et ont vient encore nous faire pleurer sur ces bons pères de famille qui ont juste au départ assassiné cinq représentants de l'état,
désarmés qui plus est. Vouloir jouer les polémistes est une chose. Encore faut-il trouver un sujet adéquat. Et ne pas sombrer dans ce manichéisme ridicule et répugnant.

Ben 02/12/2011 14:59



Pour moi, un peuple dont on ne se soucie que lorsqu'il s'agit de conserver pour NOTRE bon plaisir LEUR territoire, est un peuple qui a légitimement le droit de se rebeller. Une prise d'otage
alors que ça fait des dizaines et des dizaines d'années qu'on foule au pied leur droit de citoyen, je trouve ça bien peu. Je ne critique absolument pas le fond de la pensée de kasso qui est la
mienne aussi, j'ai un peu de mal a cautionné le néo-colonialisme.



Gabriel 19/11/2011 11:32

Le film se fait défoncer par toutes les critiques sérieuses. La bande-annonce m'avait vraiment l'air lourdingue.

Ben 19/11/2011 13:06



Il est lourdingue. Et encore dans la BA il me semble qu'il y a la voix off du début et la scène d'intro qui sont à peu près potables mais tout le film ensuite n'est pas à proprement parler un
film, c'est plus des faits retranscrit par des acteurs studios.



Squizzz 18/11/2011 20:26

Je pense qu'on va vers un débat stérile ;) Kassovitz pas de savoir faire ?!? c'est un réalisateur qui a ses défauts, je suis d'accord, mais on ne peut pas remettre en cause ses connaissances en
matière de mise en scène.

Ben 19/11/2011 13:04



S'il en a il ne le prouve pas sur ce film. La mise en scène laisse le spectateur hors du film.



About 18/11/2011 19:05

"J'ai pas trouvé ça sobre mais complètement vidé de toutes idées de cinéma pour devenir qu'un enchainement de faits expliqués..."

Ce n'est pas seulement un film de faits. Rien que le titre devrait te lancer sur une ou deux pistes supplémentaires...

Ben 18/11/2011 20:18



Bien sur, les politiques sont des pourris, ils ne prennent jamais en compte la réalité des faits et sont omnibulés par les enjeux éléctoraux... Ca c'est un scoop ! Non plus sérieusement ça se
sont des notions obligatoires sinon le film serait vraiment débiles mais c'est la façon dont elles sont enrobées qui est désastreux. Je ne remet pas en cause la bonne foi de Kassovitz, juste les
qualités cinématographiques du film.



Zic-mu


 

 

 
 

 

Recherche