Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 14:39

Jared Leto in Requiem For a Dream 2.

Kaboom, ça explique pourquoi un film sur les nouveaux ados, c'est pas forcément mauvais comme le meilleur des American Pie. Pas vraiment facile de le classer dans une catégorie particulière, ni de dire, qu'il est inclassable, c'est une sorte de melting-pot cinématographique, un peu comme un ado qu'il sait pas s'il est pédé ou pas ( thème ultra-sur-abordé dans le film ). Bref c'est chouette un peu, ça pète, ça picotte, ça fout les chocottes dès fois, c'est vraiment original et agréable de spontanéité, de répliques hardcores qui déclenche des rires même chez les vieux à côté de moi dans le ciné. Tout ça, sur le fond d'un thriller next-gen, fantastique ou complètement shooté, qui emploie des personnages atypiques, drôles pour la plupart, du coup c'est fun, rafraichissant, impossible qu'on ai aimé ou pas de dire que Kaboom vous a ennuyé ( enfin je crois... ). Mais là c'est le drame, alors qu'on se rapproche de la fin, qu'on a eu quelques montées d'adrénaline, on cherche plus vraiment d'explication au chaos général et excitant que le film fait ressortir, avec la multitude de pistes envisageables qu'il lance, et Araki va, dans un élan de générosité, tenté une fin qui veut tout expliquer, et qui par la même, va littéralement tuer l'originalité du film, en se cadrant sur une banale histoire de secte qui veut la fin du monde, où le chef de la secte c'est le mec qu'on croyait qu'il était mort mais qui avait des complices partout pour observer celui qu'on apprend qu'il est son fils, mon dieu, c'est minable. On aurait préféré rester dans le mystère que Kaboom tout en avançant faisait admirablement plané. Kaboom c'est un dérapage superbement contrôlé, qu'on redresse dans un droit chemin qui n'a plus vraiment d'intérêt, tant le danger, était le moteur du film, l'explication n'est pas alors une délivrance mais une véritable désillusion de pragmatisme assassin.


Partager cet article

Repost 0
Published by BenLCDC - dans Critique
commenter cet article

commentaires

Copa 13/11/2010 18:49

"Jared Leto in Requiem For a Dream 2."
C'est bizarre, j'ai pensé exactement à la même chose en voyant cette image pour la première fois. les grands esprits se rencontrent, une nouvelle fois.

million dollars baby 11/11/2010 18:46

C'est vrai que de la façon dont tu l'abordes ça parait mieux d'un coup. C'est que durant tout le film j'avais plus l'impression d'être dans une bulle fantasmagorique, flippante et drôle, enfin un sentiment étrange, et la fin a éclaté cette bulle, je ne l'ai pas du tout perçu comme un second degré ( ce que ça doit être ) et du coup j'ai été déçu, mais vraiment, rien ne m'as laisser entendre un second degré, j'étais trop pris dans le bad trip hallucinant qu'est le film. Je sais pas j'ai pas d'explication, mais même après tes explications très justes je n'arrive pas à le voir autrement qu'une fin niaise. Ce que je n'ai pas précisé dans l'article mais j'aurais du le faire, c'est le pragmatisme de la fin qui m'a déçu mais pas la dernière image, le boom, j'ai trouvé que c'était la meilleure ( toute ) fin possible.

fredastair 11/11/2010 14:02

Tu vois la fin une sorte de soufflet qui retombe, plombé par une "explication" pragmatique et banale tuant toute folie. Je comprends qu'on souscrive à cette interprétation (le film l'encourage joyeusement et ironiquement), mais il me semble, au contraire, que ce n'est qu'une "parodie" d'explication, un imbroglio volontairement absurde à prendre au second degré. N'oublions pas que Smith, grand gamin un peu rêveur, plus ou moins shooté aux space-cakes, bercé par les comics et la science-fiction, peut très bien avoir fantasmé tout le machin. Là on rejoint Lynch (cinéaste que tu abhorres, je sais) mais un Lynch lui aussi parodié, décomplexé, débarrassé de son intellectualisme (et donc bien meilleur que Lynch).

Dans cette optique-là (l'explication n'en est pas une, elle n'est qu'un gros délire de plus : d'ailleurs, n'étais-tu pas mort de rire à ce moment-là?), la folie du film ne s'en trouve plus castrée, rationalisée, mais démultipliée : ce complot planétaire n'a pas plus de sens que tout le reste, ouvrons les vannes du n'importe quoi et laissons-nous aller à nos derniers élans nihilistes (ici, un gros "boom"). Au pied de la lettre, difficile d'apprécier cette fin-là, je le reconnais. Dans le second degré, ce dénouement est juste un sommet de jouissance.

million dollars baby 07/11/2010 11:29

Il parait qu'il est bien oui, enfin tout ce que j'ai lu dessus vanté un chef d'œuvre, ça donne envie !

Fritzlangueur 07/11/2010 09:56

Si tu veux voir un Araki bien ancré dans la réalité sur un film il faut voir impérativement Mysterious skin ! Une claque monumentale sur un sujet terrible mais traité avec beaucoup d'intelligence

Zic-mu


 

 

 
 

 

Recherche