Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 14:51

harry potter 7.2Harry, c'est fini... Voilà le rideau qui tombe sur une saga qui aura fasciné petits et grands pendant plus de 10 ans et qui continuera certainement à vivre par d'autres moyens. Difficile de conclure, tant de choses à dire, tant de choses à faire. Dès lors, la durée du film ne joue pas en sa faveur, 2h pour finir la quête des horcruxes, achever l'intrigue plus généralement, rendre son honneur à Rogue, donner une touche nostalgique à ce joyeux bazar... Enfin trop pour si peu de temps. L'enjeu était de bien finir une saga qui non sans défaut avait su se montrer irréprochable en tant que divertissement. Le problème est peut être là : boucler une saga qui tenait en son début de la magie rêveuse, par une fin obscurcie ( conformément aux romans ) va à l'encontre de cette volonté de rétrospective nostalgique presque obligatoire du fait que le film doit s'habiller comme une Conclusion d'ensemble; conclusion de l'intrigue mais de toute une aventure qui a dépassé son propre cadre depuis longtemps, et ce, avec une ampleur populaire extraordinaire. La saga Harry Potter est définitivement celle du mélange des entreprises, des styles, au point même de changer la nature même du matériau de base ( les premières adaptations ont beaucoup influencé J.K. Rowling; pas en elles mêmes mais dans l'impact qu'elles ont eu sur les fans ). Les coupures entre les films, les changements de réalisateur ont eu raison de la cohésion tout autant qu'ils ont apporté la richesse de la variété, un dernier opus ne saurait tout recoudre, raison comme une autre de la difficulté de l'entreprise d'hommage. Ainsi ce dernier volet est vacillant, tantôt convaincant, tantôt décevant, très hésitant sur l'ensemble puisqu'il veut tout contenter, on s'aperçoit ici que l'étirement de la saga l'a fortement délité. Touche à tout mais sur de rien Yates tente un final les yeux dans le rétro, en tablant sur les bases (on retrouve quelques personnages, quelques lieux bien connus non sans plaisir ) quitte à sacrifier l'intrigue, résumée à de rapides trouvailles. Même la bataille de Poudlard ne se vit pas, trop lointaine et donc moins viscérale, elle donne toutefois la part belle à quelques plans larges grandioses. Plus généralement le film manque d'emphase, on a jamais le sentiment de reconnaitre dans le film le passé glorieux d'une saga, encore moins d'assister à son dénouement. Tout comme la première partie le film est vidé du charme traditionnel des Harry Potter mais sans avoir cette fois la noirceur compensatrice qui constituait la qualité principale de son prédécesseur. En témoigne d'ailleurs les nombreuses morts déchirantes dans le livre, résumées ici à deux, trois plans sans réelle force d'évocation. De même que le combat Potter/Voldemort dont on attendait tous un duel acharné, un must du genre, et qui se révèle étrangement faible voire insipide. En revanche on peut être plus satisfait de la réhabilitation de Rogue via la Pensine qui, si elle aurait pu être encore meilleure, met en valeur une prestation bouleversante d'Alan Rickman qui encre son personnage comme le plus fascinant de la saga. Alors pour apprécier ce volet il faudra se satisfaire de ce que l'on a, principalement une belle démonstration visuelle, il faudra aussi accepter cet au revoir sans insistance, amère après la bataille, sympathique ensuite dans un épilogue moins ridicule finalement que celui du livre. Le film ne peut se targuer d'émouvoir, car à aucun moment l'émotion vient de ce que l'on voit, elle est simplement due au fait que l'on savait venir pour mettre un point final à cette aventure désormais inoubliable et qui aura façonné l'imaginaire collectif moderne, une réussite qui effacera les quelques défauts des adaptations cinématographiques elles aussi promises à une notoriété bien méritée.

Voir aussi sur Lait caillé du Cinéma : Harry Potter 7.1

2.5étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by BenLCDC - dans Critique
commenter cet article

commentaires

Wilyrah 15/09/2011 12:53


Une petite déception que ce dernier HP. Trop brouillon et trop d'enjeux sacrifiés...


Palilia 06/08/2011 12:58

J'ai mis quatre étoiles : je l'ai trouvé très bien ce film (j'ai préféré 7.2 à 7.1). Alors évidemment quand on a lu les livres, on trouve qu'il y a toujours quelque chose qui manque et c'est vrai que j'aurais aimé voir Voldemort en chier un peu plus. Pour Alan RICKMAN (doublé par mon acteur préféré dont-je-ne-dirai-pas-le-nom) pour ne point être fustigée, je l'ai trouvé gonflé du museau, sans penser que c'était le 3D qui pouvait faire ça. J'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver POUDLARD, mais le fantôme de Nick quasi-sans tête m'a manqué.

Ben 21/07/2011 14:12

@Tous : Je crois qu'on est tous un peu du même avis finalement, certains plus enthousiaste certes, mais personne ne dira que le film est complètement nul, ni d'ailleurs complètement réussi.
En fait c'est du boulot vite fait à peu près bien fait, mais impossible de ne pas se dire qu'avec une heure de plus plus d'envie ça aurait été un grand film, un grand épilogue. Dommage.

copa738 21/07/2011 13:48

The combat entre Harry et Voldemort, celui que j'attends depuis 10 ans a été eclipsé en une dizaine de secondes amères. Rien que pour cet immense foutage de gueule, ce dernier "Harry Potter" mérite les sifflets du public. Reste quelques scènes (pensine + réhabilitation de Rogue) pas mals et un dénouement rassurant. Mais selon moi, les trois derniers films de la saga répondent par leur médiocrité, à la superbe des trois premiers épisodes (les épisodes 4 et 5 étant des films intermédiaires, pas excellents, mais loins d'être mauvais)...

fredastair 20/07/2011 11:45

On est d'accord sur le 7.2 (et aussi sur le 7.1, que tu avais trouvé plus réussi, si mes souvenirs sont bons...), notamment sur l'incapacité à concilier nostalgie du passé et urgence des enjeux présents, donnant au film une allure hésitante et malaisée. La prestation de Rickman, quoique défiguré par un "maquillage" numérique hideux lors de la séquence de la Pensine, est effectivement forte en émotions et consacre Rogue comme le personnage le plus définitivement passionnant de cette histoire.

Concernant la "notoriété bien méritée" des films, je serais moins miséricordieux que toi : finalement, "Harry Potter" au ciné, ce n'est pas grand chose sinon beaucoup de marketing et des scénarios collés au bouquin, sans vraie audace, à une poignée d'exceptions près (3 exceptions en l'occurrence : le 3, le 4, le 7.1).
Le délire suscité par les adaptations tiennent moins à leur qualité intrinsèque qu'à leur rapport aux romans originels, quant à eux vraiment "phénoménaux"... Je me suis ainsi surpris à attendre puis à suivre les aventures ciné du binoclard sans aucune passion particulière (depuis "l'Ordre du Phoenix" à peu près), alors que je guettais puis dévorais fébrilement chaque roman à sa sortie. Certes, c'est aussi une question d'âge, mais pas que...

Zic-mu


 

 

 
 

 

Recherche