Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 14:08

Il y a eu après le phénomène Kick Ass une vrai évolution dans la façon de concevoir le film de super héros, et donc le super héros lui même. La déclinaison de ce dernier en icône de mode par exemple est très frappante, Kick Ass comme The Green Hornet s'inscrive tout deux dans une logique d'assise de leurs héros par des buzz, médias; un moyen d'inscription dans la modernité qui n'oublie pas d'en assumer les revers par le ridicule, la juvénilité des films en témoignent à chaque secondes. Les similitudes entre ces deux films sont en effet frappantes, notamment dans la puérilité agressive du propos et l'utilisation conjointe d'une violence excessive, ultra-esthétisée. Dans The Green Hornet, la violence est le moteur du film, par sa chorégraphie toujours soignée et son style technicisé, presque scientifique, empruntant quelques traits visuels aux jeux vidéos de combats. La vivacité du film est ainsi surprenante, The Green Hornet ne s'essouffle jamais, sur le fil du rasoir à la façon d'un Dark Knight il brise son propre mythe avant de le construire par un personnage anti-héroïque au possible. En effet, il s'oppose à l'idée d'une progression du personnage ou même du duo, qu'il préfère forgé dans la désintégration permanente et férocement comique de ses derniers. En effet Gondry masque tout les repères habituels, les marques de fabrique des adaptations Marvel ou DC comics, et les utilisent comme appas pour le spectateur, sous entendus qui créent un contraste hilarant avec l'originalité du film qui n'a rien de commun avec tout les super-héros movies. The Green Hornet n'est pas à proprement parler révolutionnaire dans le sens où il massacre, ridiculise, infantilise ses personnages à la manière de Kick Ass, avec toutefois une dimension moins adolescente et geek, mais plutôt en cherchant à faire dans la dérision acerbe de la jeunesse dorée. The Green Hornet est donc un second coup de pied au cul des marvels, hilarant de A à Z l'effet Seth Rogen, d'une esthétique irréprochable et novatrice par son côté chorégraphié et intense, il emprunte la voie caustique pour dépasser toutes conventions afin de s'asseoir bien au dessus. Ouais, 2011 commence par une grosse piqure dans le c**.


Partager cet article

Repost 0
Published by BenLCDC - dans Critique
commenter cet article

commentaires

emule 27/02/2011 15:08

Batman français for ever

Ben 01/02/2011 19:00

J'ai écrit l'article à chaud, mon impression positive est légèrement diminué par exemple quand je compare à Kick Ass, je pense préférer Kick Ass.

@mymp : Oui je voulais bien dire une piqure dans le cul ! ;)

copa738 29/01/2011 18:59

Je viens de le voir et j'avoue que j'ai été une vilaine mauvaise langue : ce film est énergique, impressionant et vachement innovant et surprenant pour un film de Super-héros (mais peut-être que cet effet vient en moi parce que je n'ai pas encore vu "Kick-ass"...)

Squizzz 19/01/2011 01:12

Je me suis bien éclaté aussi, même si je trouve "Kick Ass" plus mordant dans la dérision et plus trash.
"il s'oppose à l'idée d'une progression du personnage ou même du duo, qu'il préfère forgé dans la désintégration permanente et férocement comique de ses derniers" c'est exactement ça. L'originalité vient aussi du fait que le vrai héros est en fait l'acolyte qui reste dans l'ombre. Le personnage même du Green Hornet est limite énervant, mais le duo fonctionne très bien.

mymp 16/01/2011 21:16

Dans le c**, tu veux dire dans le CUL en fait ?!

Zic-mu


 

 

 
 

 

Recherche