Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 16:18

Difficile d'aborder Essential Killing, un film qui se nourrit et établit son récit sur l'illisibilité, l'effacement des repères. Le problème est un peu le même que pour un film comme Dead man dans la manière d'appréhender le cinéma ( je sens déjà les pierres d'une future lapidation pour avoir dit ça ) où le réalisateur cherche à vider le film de références qu'elles quelles soient afin de servir une matière brute, bien que dans les deux films l'objectif ne soit pas le même : recherche de la pureté dans Dead man, exploration de l'inconnu dans Essential Killing. Mais à force d'épurer le film, de le vider (a priori) de sens, ne finit-il pas par n'avoir plus aucun intérêt ? Si l'idée est de faire parler les images, ne faut-il pas des images qui parlent ? Or le film n'arrive pas toujours à donner de l'ampleur à la photographie, ni de parvient à faire pâtir le spectateur des souffrances du personnage de Vincent Gallo. Le film est froid, inamical, primaire même, il ramène l'homme à sa condition sauvage, c’est très clair avec les rencontres successives de Mohammed qui petit à petit se rapprochent d'une forme civilisée tel qu'on la conçoit aujourd’hui ( jusqu'à la maison ), mais où à chaque fois il ne trouvera pas d'intérêt à rester. C'est que c'est un film sur l'errance ( sur la fuite ? ), même si elle prend parfois la forme d'une mission toutefois jamais si marquées qu'elles peuvent le paraître avec les échos à la religion musulmane pour mieux entrer dans la logique évoquée plus haut de la non-affiliation à quelques mouvements politiques, culturels, idéologiques que ce soit. Universel ou totalement inhumain, le film se murit après le visionnage, qui peut lui dérouter et décevoir, mais demande un effort d'ouverture assez conséquent qui peut paraître désagréable d'autant plus que la réalisation de Skolimowski n'aide pas vraiment à le faire avec un plaisir cinématographique certain, disons plutôt qu'on a à faire à une exploration difficile de l'existence et de la finitude.



Partager cet article

Repost 0
Published by BenLCDC - dans Critique
commenter cet article

commentaires

Ben 15/05/2011 19:41

J'ai essayé de m'ouvrir l'esprit pour accéder au " message " du film mais je n'ai que moyennement saisi le film ( dans le sens premier ) j'ai eu beau vouloir me laisser embarquer par le film, ça n'a pas marché.
Je suis assez d'accord avec toi Pinksat' c'est un peu trop épuré ou trop maigre.

Palilia 13/05/2011 21:39

l'image est magnifiquemais à la lecture de ton post, je me sens un peu angoissée : comme quoi tu as réussi à me faire ressentir le film.

Videodrome 13/05/2011 18:51

Valhalla dans la neigeC'est pas grave, Copa, sur ce coup tu rates rien !

Je comprend ceux qui y voient une "expérience sensitive", mais il faut remettre les choses à leur place. Une heure vingt à assister un pèlerin marcher dans le neige, le tout agrémenté de scènes-fantasmes tirées de l'imaginaire d'un taliban déchu...

De fait, oui, ça ne veux rien dire. Je suis pourtant amateur d'expériences casses-gueules (je suis Pinksat), mais comment peut-on vivre Essential Boring comme un retour aux forces primaires de l'Homme, alors qu'on suit un personnage qui n'incarne rien, qui n'a pas de nom, pas d'histoire, juste des clichés de son idéal ou de son enfance (?) quand il dort.

Désolé pour cet argumentaire très terre-à-terre, mais parfois, j'aime me comporter en sauvage.
Rarement, cela dit !

Viggofan92 12/05/2011 20:19

Je ne suis pas du tout d'accord avec toi. Au contraire la réalisation nous identifie parfaitement au personnage prodigieusement interprété par le non moins prodigieux Vincent Gallo. L'utilisation de la vue subjective, la confusion entre rêve et réalité sont parfaitement maitrisés. La gestion du suspense (la première scène, la scène de la bagnole) est parfaite, c'est haletant.
C'est un chef d’œuvre bouleversant qui nous renvoi à notre nature la plus primaire. Bref, je suis super enthousiaste au sujet de ce film ^^

copa738 12/05/2011 18:14

Gros veinard, t'as réussi à l'avoir dans une salle...
Moi il sort chez moi le 6 juin donc j'ai largement le temps...

Zic-mu


 

 

 
 

 

Recherche