Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 22:56

Cela faisait longtemps que le cinéma n'avait pas fourni de film d'un tel classicisme, non pas seulement part sa mise en scène, ses images, mais également dans le traitement romantique des protagonistes. Le film est littéralement porté par ses acteurs et formaté pour les faire briller, les mauvaises langues pourrait même dire qu'on a conduit Colin Firth à l'Oscar du meilleur acteur. Cette perfection dramaturgique est sous sa meilleure forme au travers du duo, l'amitié naissante, bafouée puis prédominante à mesure que se déroule le film devient l'élément d'intrigue. En effet, du film on ne retiendra pas de long plans séquences mais plutôt des moments humains, rares, en particulier les entrevues entre Bertie et Lionel. Ce rapport complexe, chacun des deux ayant son histoire et son malaise, envahi le film si bien qu'on pourrait le limiter à ces rendez vous plaisants où Geoffrey Rush arrive à s'imposer comme l'acteur du film par son cynisme et son humour à l'anglaise quand Colin Firth est plus effacé du fait même de son rôle de monarque. Tout en sobriété le film avance sans trop de surprise mais avec une réelle classe.
La seule chose qu'on peut reprocher alors au film, c'est qu'il soit irréprochable, si ça pouvait être toujours comme ça remarque... Mais le fait que la prise de risque soit exclue, que l'intérêt repose uniquement sur la préparation du futur roi par son orthophoniste, sans enlevé d'intérêt au film, le nivelle et le rend sans réelle surprise. Son cadre classique, très élégant au demeurant le cloitre dans une bienséance sans envolé de grâce; la dernière scène tant attendue arrive un peu rapidement, tout en détresse, alors qu'on aurait pu assister à une vrai montée en grade de la tension et un crescendo émotionnel. C'est limite si le tout premier discours tronqué ne se révèle pas être le moment le plus courageux du film, pour avoir livré un tel moment pathétique
, cruel mais tellement humain de ce fait. Sans être le chef d'œuvre qu'il aurait pu être avec plus de prise de risque sensitive, le film se regarde, oui, mais ne se vit pas car il préfère s'établir en permanence dans le consensus. Mais relativisons, le sujet ne se prête guère à une prise de position et ses nombreux atouts le place bien au dessus du peloton annuel.


Partager cet article

Repost 0
Published by BenLCDC
commenter cet article

commentaires

Christophe 08/03/2011 19:40

D'accord avec toi. Pas nu chef-d'oeuvre, mais un film agréable à regarder. Et comme tu le dis fort bien, le film ne se vit pas, faute de prise de risque. Tout cela est fort pertinent !

Jérémy 19/02/2011 17:13

Assez d'accord.
La mise en scène reste conventionnel, on pas d'envolées de "grâce" comme tu dis mais ça reste vraiment maitrisé et plutôt passionnant. Les acteurs sont sublimes.

Sarah Babs 17/02/2011 20:26

REle sujet ne se prête guère à une prise de position et ses nombreux atouts le place bien au dessus du peloton annuel.

Paris New York 17/02/2011 17:43

hiSans être le chef d'œuvre qu'il aurait pu être avec plus de prise de risque sensitive, le film se regarde, oui, mais ne se vit pas car il préfère s'établir en permanence dans le consensus. Mais relativisons, le sujet ne se prête guère à une prise de position et ses nombreux atouts le place bien au dessus du peloton annuel.

casino en ligne 16/02/2011 19:18

envahicomme l'acteur du film par son cynisme et son humour à l'anglaise quand Colin Firth est plus effacé du fait même de son rôle de monarque. Tout en sobriété le film avance sans trop de surprise mais avec une réelle classe.

Zic-mu


 

 

 
 

 

Recherche