Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 21:10

http://www.abusdecine.com/upload/interface/accueil/edito/edito-cosmopolis.jpg

Le problème de Cosmopolis n'est pas l'ambiguïté qu'il soulève, c'est celle qu'il incarne. Le film m'a parlé, car il ressemble à mes copies de philo — dans la forme, pas toujours dans le fond — avec des notions balancées tout de go, des concepts, à la recherche d'absolu(s) (pourquoi se limiter au sujet quand on a des choses à dire sur tout ?), mais c'est surtout ce côté absolument déconstruit qui veut chercher la pureté de la réflexion qui m'a attiré chez Cronenberg. Le problème c'est qu'il faut y accéder, et que, des fois, comme le bonhomme veut pas non plus faire un bide, il balance des thèses un peu plus creuses et entendues, sur le capitalisme et le nihilisme notamment. Il faudrait retenir la démarche, hasardeuse et tellement manipulatrice qu'elle finit par se manipuler elle-même, malheureusement trop bavarde pour s'égarer, s'envoler. On en revient toujours à la dualité entre la réflexion ordonnée mais oublieuse, et la quête de la vérité qui nécessite de se perdre dans le brouillard des pensées. On fait l'un ou l'autre M. Cronenberg, les deux ça donne un truc moyen, comme mes dissertes de philo.

Critique sponsorisée par 36 15 my life.

2.5étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by Ben - dans Critique
commenter cet article

commentaires

Wilyrah 13/06/2012 10:35

Point de vue intéressant. Je suis d'accord, il y a quelque part un non-choix de Cronenberg mais il y aussi une certaine paresse dans cette adaptation qui sonne trop "copier-coller" et manque du
coup de sens cinématographique dans la juxtaposition artificielle des séquences.

Wilyrah 30/05/2012 01:57

Pas vu (vais-je me motiver?), je vais donc attendre avant de commenter ton avis. Après je n'ai quasiment jamais aimé un de ses films (excepté Les Promesses de l'ombre).

Gabriel 26/05/2012 11:57

Curieux de lire tes copies de philo alors !

Moi ça me gonfle les grandes dissertations sur du vide, j'aurai préféré que Cronenberg rentre carrément dans le tas.

Lente déchéance, mais point de révolution.

copa738 26/05/2012 09:54

Critique bien rédigée bien qu'un peu courte :)
Le fait que le film soit très bavard ne m'a pas du tout gêné, parce que chaque phrase a un véritable sens et peut-être interprétée sous mille formes.
Ma note sera plus élevée de la tienne, en raison, notamment, à un final monstrueux (je ne m'en suis toujours pas remis).

Zic-mu


 

 

 
 

 

Recherche